Auteur de Polars et de Thrillers
search_left
BANDE ANNONCE
Dans la revue indépendante...
Vign_revue_inde^pendante

" HX13 " de Christine Brunet aux éditions Gascogne

Christine Brunet nous enchante depuis son premier thriller "Nid de vipères" et la Revue Indépendante n'a pas manqué de saluer son talent en ce domaine pour toutes ses parutions. Avec " HX13 ", elle nous entraîne cette fois dans un thriller mêlé de science-fiction. J'adore lire les bons thrillers haletants comme les écrit Christine Brunet, mais je ne suis pas du tout un adepte de la science-fiction, ce n'est vraiment pas ma " tasse de thé " et j'avais un peu peur de trouver pesant la lecture de "HX13 ".

Et bien une fois de plus Christine Brunet et son talent m'ont eu, j'ai marché à fond dans ce livre qui nous entraîne d'une plage où l'on découvre un bras, une tête dans un carton, des cadavres dans un casino flottants, pour ensuite décoller dans un projet ultra secret de voyage spatial qui dérape ( je schématise mais le lecteur aura le temps de faire le voyage au travers des quelques 400 pages du livre ).

Pour cet ouvrage, l'auteure a eu la bonne idée de faire travailler ensemble dans cette enquête deux de ses héroïnes Axelle de Montfermy que l'on a découvert dans les premiers romans et Gwen Saint-Cyrq, médecin légiste découvert entre autres dans "Vénus en Ré ", mais aussi Sean Sheridan le père de Nicolas, fils d'Axelle de Montfermy. Et c'est Nicolas qui va être le point de départ de ce voyage spatio-temporel qui va faire découvrir aux lecteurs des galaxies bizarres sans parler de ceux qui y habitent et qui jouent des rôles dans leurs galaxies mais aussi sur Terre. Nicolas, en voulant mettre au point un système révolutionnaire capable d'accompagner l'Être Humain hors des frontières de leur minuscule système solaire, va tout faire basculer : il est certain d'initialiser un passage temporel et de le manipuler à volonté. Son rêve de voyage dans le temps est à portée, mais malheureusement tout ne va pas se passer comme prévu, il va disparaître dans l'espace ! 

Sur ces entrefaites, sa mère, Axelle de Montfermy, va partir elle aussi pour ce voyage spatio-temporel afin d'y retrouver son fils et le ramener sur terre. Et là s'ensuit une folle histoire spatiale où les habitants de certaines galaxies sont pires que les Humains pour leurs congénères. De plus l'enquête du point de départ n'est pas oubliée, pourquoi ? comment ? qui manipule qui ? qui fait quoi ? La drogue, la mafia, la police ; qui tire les ficelles ? Nicolas reviendra-t-il sur Terre ? D'autres le rejoindront-ils ? Pour cela il est indispensable de lire les 384 pages de "HX13 " : on ne peut pas résumer cette histoire en quelques lignes, il faut comme je l'ai fait ? et je le redis, grâce au talent de l'auteur vous laisser embarquer dans cette histoire temporo spatiale afin d'y connaître le fin de mot de l'histoire, et encore fin mot de l'histoire ce n'est pas sûr, car Christine Brunet est la spécialiste des fins qui n'en sont pas et qui annoncent toujours un prochain thriller ; celui-ci sera-t-il encore mêlée avec de la science-fiction, seule l'auteure le sait ! 

Je conseille quand même aux lecteurs de lire les trois premiers livres de Christine Brunet " Nid de vipères ", " Dégâts collatéraux " et " E16 " pour mieux cerner les personnages d’Axelle de Montfermy ou encore Sean Sheridan, cela n'en sera que mieux pour apprécier un peu plus "HX13 ".

Nul doute que ce livre ravira les amateurs des deux genres et comme pour l'arrivée d'un grand vin, on attend avec impatience l'arrivée du nouveau Christine Brunet.

 

PATRICK DUBOIS

Avis de Cathie LOUVET
Vign_blog_legere

Passion thriller: HX13, Christine Brunet.

Publié 8

L’auteur:

Née dans le sud de la France, elle passe toute son enfance à Aubagne, patrie de Marcel Pagnol. Passionnée de langues, elle effectue ses années de lycée à Marseille et passe un baccalauréat littéraire, spécialisation russe. Elle poursuit alors des études linguistiques poussées qui l’amènent à Prague, à l’université Charles où elle perfectionne son tchèque puis… au Caire où elle tente d’apprivoiser la langue arabe.

Elle part en Bourgogne puis en Grande-Bretagne. C’est à Preston qu’elle commence à écrire, d’abord des récits de science-fiction puis des romans d’aventure. Enfin, elle s’essaie au roman policier et aux thrillers. Après un détour de quelques années en Auvergne, en plein cœur des Combrailles, elle retrouve Marseille et sa Provence natale.

De ses années de classes préparatoires, elle garde un goût très prononcé pour la littérature dite « classique » et une soif d’apprendre qui la conduit aux quatre coins du monde à la rencontre de la différence. De Madagascar au Ladakh, du delta de l’Orénoque au Gobi… elle exerce son esprit critique et son sens du partage.

Aujourd’hui rédactrice en chef de la revue littéraire « Les petits papiers de Chloé » initiée par les Editions Chloé des lys et nouvelle collaboratrice de l’éditeur belge, elle poursuit sans relâche son travail d’écriture. Elle est également la présentatrice d’ACTU TV, une émission mensuelle à voir et à revoir sur www.bandbsa.be/contes.htm et Actu-TV.net. Elle est également directrice de Chloé des lys Collection. (Éléments de biographie trouvés sur le site de l’auteur et repris avec son autorisation.)

Le roman :

HX13 a été publié par les éditions Gascogne en 2017. Il s’agit d’un thriller/SF au style solide et incisif, alternant phrases courtes et longues, utilisant un vocabulaire moderne.
Le scénario est complexe, faisant intervenir des concepts scientifiques qui peuvent sembler sans rapport mais toujours bien expliqués par l’auteur grâce aux nombreuses notes de bas de page. Les fils de l’intrigue se nouent et se dénouent, s’entrelacent : le passé d’Axelle, les affaires précédentes, les implications de l’enquête en cours…Les très nombreux dialogues rendent le roman vivant et les passages « scientifiques » accessibles.

Les thèmes abordés : espionnage industriel entre laboratoires ; manipulation génétique ; corruption…Sujets chers à l’auteure qui l’amènent à dénoncer des pratiques plus que douteuses dans le but de gagner toujours plus d’argent, de pouvoir…

L’intrigue :

L’action se situe deux après Convergences. Suite au décès de son patron, Signac intègre l’équipe d’Axelle, nouvelle dirigeante du CERI. Challenge qui s’avère difficile pour lui…

Un bras est retrouvé sur une plage de Marseille. Sur ordre du préfet, l’enquête est confiée à l’équipe d’Axelle. C’est alors que Gwen, la légiste, reçoit un colis plus que suspect contenant une tête coupée ! De nombreuses questions restées sans réponse : où se trouve les restes du corps sans bras ? Qui sont les deux cadavres découverts à bord du casino flottant de Calducci lors de la perquisition ? « Deux cadavres sur une seule embarcation, trois avec le propriétaire du bras, cela faisait tout de même beaucoup ! » (Page 51).

Premier rebondissement dans une enquête aux ramifications complexes : Ange Calducci retrouvé mort, apparemment assassiné par quelqu’un voulant le compromettre mais pour quelle raison ?

Second rebondissement : le CRG détruit par une explosion. L’enquête est confiée à Sean, pour le plus grand déplaisir d’Axelle.

A tout cela il faut ajouter les recherches menées par Nicolas, le jeune fils d’Axelle, sur un projet ultra-secret de voyage dans le temps. Ce projet a-t-il un rapport avec l’enquête de sa mère ? Quel lien entre tous les chaînons d’une affaire très complexe ?

Travail de police : grâce à une documentation sérieuse et très fouillée, l’auteur fait montre d’une très bonne connaissance du milieu de la police ; des notes de bas de page renseignent le lecteur utilement.

La façon dont Axelle mène son équipe est très crédible, notamment les briefings où chaque membre de l’équipe se voit attribuer une mission dans des enchaînements très cohérents. Le travail de Gwen, la légiste, bénéficie de descriptions très professionnelles : « Deux hommes en combinaison blanche, masque sur le nez, gantés, soulevèrent le morceau et l’enfermèrent dans un compartiment réfrigéré et hermétique sous l’œil attentif de la scientifique. » (Page 15)

Les personnages :

HX13 propose une impressionnante galerie de personnages due à la complexité de l’intrigue. Les vies privées, les interactions entre les membres de l’équipe et des morceaux de leur passé construisant une trame très élaborée.

  • Yvon Signac : ancien commissaire et patron du SIRC ; bons états de service; caractère de chien; nouveau venu dans l’équipe d’Axelle.
  • Colonel Axelle de Montfermy : patron du CERI ; femme de tête au physique de top-model ; vénérées par ses équipiers ; séparée, mère d’un garçon.
  • Gwen Saint-Cyrq : légiste très douée, ancienne scientifique du SIRC ; longs cheveux noir corbeau très raides, rasés sur la nuque, frange couvrant le front yeux bleu glacier, multitude de piercings ; petite, maigre, couverte de tatouages ; surnommée « la veuve noire » ; indépendante, décalée, secrète ; très professionnelle, un véritable don d’enquêtrice.
  • Colonel Gaspard de la Mallemort : équipier d’Axelle ; déteste la mer ; grand filiforme, cheveux longs et noirs lâchés sur les épaules.
  • Capitaine Antoine Caresta : équipier d’Axelle ; toujours tiré à quatre épingles, coupe de cheveux réglementaire.
  • Lieutenant Sciallano : grand, cheveux longs et noirs gominés coiffés en arrière ; travaille à la BAC ; ambitieux.
  • Guillaume Cayet : équipier d’Axelle ; grand, allure d’éternel adolescent ; extrêmement dévoué à sa patronne ; informaticien de génie.
  • Sean Sheridan : flic irlandais patron de la Force Spéciale Européenne ; père du fils d’Axelle, Nicolas.
  • Nicolas : fils d’Axelle ; considéré comme le plus grand cerveau scientifique de son temps malgré ses 13 ans ; travaille sur un projet top-secret d’un système de propulsion révolutionnaire avec l’équipe de la WRASA déléguée sur le centre spatial de Kourou.
  • Jédémiah Tardy : ami de Gwen ; 47 ans ; son intermédiaire du temps où elle travaillait pour son père, un célèbre cambrioleur ; orphelin né sous X ; accro à la drogue.
  • Pierre André Valayet : capitaine d’industrie très à l’aise ; 62 ans, originaire de Lorient, marié, quatre enfants.
  • Giacomo Ansaldi : capitaine du Paradisia, casino flottant ; environ 60 ans, corps athlétique et mince, moustache fournie.
  • Ange Calducci : petit-fils du chef de la famille corse des Calducci, Toussaint, bien connue à Marseille ; grands yeux noirs très légèrement maquillés, lèvres ourlées et charnues, cheveux noirs longs subtilement bouclés, peau hâlée, silhouette athlétique, physique de tombeur ; a monté l’affaire du casino flottant ; possède deux night clubs et un club privé très sélect.
  • Toussaint Calducci :  frère aîné d’Ange, grand baraqué ; chevelure courte ondulée ramenée en arrière ; plus réfléchi et plus effacé que son frère; homme d’affaires de la famille..
  • Robert Jusil : flic aux Renseignements Généraux (devenus le DRCI) ; 46 ans.
  • François Torless : 29 ans ; fiché au grand banditisme pour braquage sanglant ; en cavale.
  • Toussaint Calducci : chef de la famille Calducci ; petit vieillard voûté, visage buriné mangé par une barbe blanche.
  • Docteur Victor : savant de la Wrasa ; petite quarantaine ; cheveux bruns courts complètement ébouriffés, yeux clairs verts ou marron, barbe négligée ; spécialisé dans le développement de nanotechnologies, plus particulièrement les nano cerveaux.
  • Marteux : marchand de biens richissime, 34 ans ; marié à Maryam Legarde.
  • Bob Tibouque : scientifique belge spécialisé dans les cerveaux artificiels.
  • Duriez : patron des deux agents ; responsable de la sécurité du laboratoire pour lequel travaille Nicolas.
  • Marlène Roquet : employée des frères Calducci, chef de partie au club de Marseille (elle supervise les chefs de table); ancienne petite amie d’Ange; petite trentaine, silhouette malingre, lèvres pulpeuses, grands yeux noirs; voix fluette mais assurée.
  • Stratopoulos : patron de la DRCI (Direction générale de la sécurité intérieure) nez cassé, oreilles en chou-fleur, barbe rousse fournie, crâne rasé ; avant-bras tatoués jusqu’aux coudes ; regard froid.
  • Julien : spécialiste des effets spéciaux et des systèmes de surveillance ; gringalet aux cheveux décolorés et aux manières efféminées.
  • Martial Mareta : responsable sécurité des casinos Calducci ; casier judiciaire bien rempli, surtout pour coups et blessures ; célibataire.
  • Marco Suari : associé principal d’Ange Calducci.
  • Martial Montalban : patron des laboratoires pharmaceutiques du même nom ; veuf, un fils prénommé Marius ; très grand, sec ; petits yeux de myope, barbe à l’impériale poivre et sel, postiche pour dissimuler sa calvitie prononcée.

Personnages du voyage dans le temps :

  • Mawr : habitant de la planète Sarx, ambassadeur ; visage émacié, peau couleur caramel brûlé, yeux blancs tachés d’un point rouge, double paupière clignant en décalé, longs cheveux légers comme du duvet, bouche à peine ourlée, dentition très pointue, pas de sourcils, lèvres inférieure largement incisée retenue par deux anneaux de métal ocre.
  • Khali : commandant du vaisseau diplomatique de l’ambassadeur de Sarx.
  • Keren : Sarx du clan Zeist ; visage buriné
  • Sradek : fils de Keren.
  • Sha Kee Ree : gouverneur cruel et ambitieux.

Les lieux : 

A noter le contraste entre le monde d’ici, notamment un quartier de Marseille moins connu, et le monde de Sarx, instaurant une démarcation entre les deux univers, avec toujours le sens du détail dans la description : « L’allée Gavoty Honorat. Une zone pavillonnaire verdoyante, tranchant avec les quartiers traversés. De grands jardins, des maisons cossues d’un côté, de l’autre une résidence de standing sur six ou sept étages (…) Un portail à double battant en fer, à claire-voie sur le haut, fermé par une chaîne et un cadenas. De l’autre côté, une maison à étage, du début du 20e siècle peut-être, cubique, volets en bois vert pâle, clos. L’avant donnait sur une aire gravillonnée ponctuée de petites touffes herbeuses. » (Page 97)… Et une imagination fertile : « Ils atteignirent le village au coucher de « En ». Des rues étroites et rectilignes déjà enveloppées d’un voile laiteux, bordées de mamelons fantomatiques qui prenaient, en approchant, la forme de dômes construits en pierres brunes du désert, sans ouverture afin de préserver la fraîcheur à l’intérieur d’un sas bas et profond. Des arbres au tronc gris acier, sans feuilles, comme pétrifiés là pour l’éternité, ponctuaient cet enfer de feu et de glace. » (Page 187).

 

Mon avis :

Ce que j’apprécie avec Christine Brunet, c’est qu’elle ne s’encombre pas de bla-bla ni de fioritures : dès la première page du roman, on est tout de suite plongé dans l’action. Quelques lignes pour rappeler la situation des personnages principaux, et c’est parti pour une aventure qui nous mènera loin, au propre comme au figuré…

En ce qui concerne les personnages, justement : la psychologie fouillée, leurs motivations, leurs peurs, leurs doutes, les interactions entre les membres de l’équipe du CERI sont très réalistes ; le lecteur a vraiment l’impression d’en faire partie. J’apprécie la façon dont Christine Brunet joue avec ses personnages, avec ce duo explosif issu du passé, Axelle et Sean, uni par des liens très fort alliant rédemption, pardon, rancœur aussi, espoir…Ce qui donne son sel à cette histoire déjà bien tournée.

Le petit bémol : la non exploitation de la motivation de Signac à faire tomber Gwen qu’il rend responsable de la mort de son frère (voir notamment dans Convergences), rancœur exprimée au tout début du roman, ce qui aurait certainement ajouter une tension supplémentaire. Mais peut-être aurons-nous la clef dans le prochain roman de Christine…

Le + : l’aspect très instructif: dans tous les romans de Christine Brunet, suivre les intrigues complexes devient un jeu d’enfant grâce aux nombreuses précisions concernant des aspects scientifiques, des connaissances variées nécessaires pour comprendre l’environnement dans lequel évoluent les personnages. Le lecteur se retrouve plongé dans une histoire qui semble bien ainsi bien plus réaliste.

La cerise sur le gâteau : l’incroyable défi de mêler deux genres, a priori, très éloignés l’un de l’autre : le roman à suspense et la SF…Dans HX13, mariage célébré, lune de miel consommée pour le plus grand bonheur des lecteurs qui, je l’espère, seront conquis.

Citations :

« Pieds nus, elle regagna la salle unique et se plaça devant la fenêtre : toute cette végétation, la lune dans le ciel déjà orangé, l’étoile polaire encore, le grésillement des grillons…Elle avait l’impression de tout redécouvrir avec une âme d’adolescente…Quel bonheur d’être rentrée chez soi ! » (Page 219)

« Le pont en bois. Elle sentait vaguement le bateau bouger sous ses pieds, une simple impression parce que le port était calme et la mer d’huile. Pas un souffle de vent. Elle longea bâbord. A mi-chemin entre la poupe et la proue, une porte en bois avec hublot. Elle pesa sur le pêne et poussa le battant qui céda sans bruit (…) Le silence. Aucune lumière en dehors du halo jaune : les hublots et vitres avaient été calfeutrés par l’équipage, une procédure normale pour un bateau de cette importance sans équipage à bord. L’endroit semblait désert ; pourtant elle sentait confusément qu’elle n’était pas seule. » (Page 362).

 

Chronique sur le site "D'un livre à l'autre"
Vign_banniere_desterbecq

05 janvier 2018

HX13 de Christine Brunet

Quand thriller et roman de science-fiction se côtoient, ça fait  un délicieux mélange à la façon de Christine Brunet.

Dans HX13, on retrouve (pour mon plus grand plaisir) l’enquêtrice superwoman, Axelle de Montfermy  (ex-Aloys rencontrée pour la  première fois, il y a 7 ans dans «Nid de vipères ».

Mon héroïne préférée va, cette fois, faire un voyage extraordinaire tel que ni vous ni moi ne le ferons jamais puisqu’elle va se retrouver sur une autre planète, à la recherche de son fils, Nicolas.

Nicolas est également le fils de Sean Sheridan, l’Irlandais rencontré dans ce même premier tome. Au fur et à mesure que se déroulent les différents récits de l’auteure, les amants s’aiment et se déchirent.  C’est encore le cas dans ce nouveau roman.

Dans ce volume, le lecteur retrouve également Gwen saint-Cyrq, médecin légiste et monte en l’air à ses heures perdues, personnage décalé rencontré dans « Convergences », le septième roman de Christine.

« HX13 » commence avec la découverte d’un cadavre ou plutôt d’un bras, seul, sur une plage. Les enquêteurs dont Axelle de Montfermy font très vite le lien avec un bateau casino qui croise dans les eaux non loin de Marseille.

D’autres cadavres vont être découverts durant l’enquête : Ange et Toussaint Calducci, patron des jeux sur Marseille et leur homme de main, Maretta. Bien d’autres morts parsèmeront le récit dont Jusil, agent de la DGSI et Torless, fiché au grand banditisme, agent de sécurité sur le bateau.

Certains d’entre eux ont été irradiés aux alphas. ( ???)

Lors de l’autopsie de Mareta et de Jédémiah, des tatouages sont remarqués. Ceux-ci les relient directement aux Vory, une organisation criminelle.

N’oublions pas Jédémiah, un copain de la légiste qui perd la tête. Celle-ci est envoyée « en cadeau » à Gwen pour la menacer ou lui faire peur ?

Des gens disparaissent également comme Suari, l’associé principal des Calducci,  peu de temps après leur mort, ou encore Marteux, un passager du bateau.

Un laboratoire clandestin est découvert dans une propriété d’un des frères, louée à l’une des employées du casino.

Deux coupables sont identifiés. Ils travaillent tous deux pour un laboratoire pharmaceutique, la société Montalban…

Vous le voyez, c’est du lourd, et l’auteure fait, par deux fois, un récapitulatif plus que bienvenu afin de ne pas perdre son lecteur.

Car ce n’est pas tout. J’en oublierais presque le côté science-fiction de ce récit. Le fils d’Axelle, Nicolas, a conçu une sorte de machine à remonter le temps qui l’emmène, sans qu’il l’ait souhaité, dans une autre galaxie, sur une planète où règnent pas mal de méchants. Axelle part à sa recherche. Lors de son « grand voyage », elle apprend que quatre aliens sont sur terre depuis un certain temps…

Et le titre dans tout ça ? Le HX est une puce implantée dans le cerveau d’Axelle afin de contrer la drogue qui lui dévore l’intérieur (voir le tome intitulé « Le dragon bleu ».

Si je ne suis pas fan de science-fiction, j’ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Christine Brunet (un peu moins le passage où Axelle rencontre ceux que nous appelons des « extraterrestres ») et je trouve que ce thriller, un peu spécial, est un des plus aboutis de l’auteure qui a une imagination incroyable (et un cerveau certainement très différent du commun des mortels).

La fin, comme d’habitude, laisse le lecteur … sur sa faim, et laisse présumer qu’il y aura une suite à HX13.

Et si nous posions la question à l’auteure ?

« Dis, Christine, tu ne peux pas nous avoir fait ça ? La fin n’est pas vraiment la fin ? On retrouvera la plupart de tes personnages (et Axelle,  hein Christine) dans d’autres aventures ? Rassure-nous… »

Voici la réponse de Christine :

«  Le prochain avec Axelle sera sur le même ton mixte mais traitera de transhumains. (Nanopuce oblige) 
Avec Gwen, les lecteurs partiront à Kashgar…        
Mais pour le prochain Axelle, une grosse surprise…
 »

J’ai hâte !

 

Philippe Desterbecq

SUR NIGRAFOLIABLOG
Vign_1ere_de_couv_HX13

Habituée des polars & thrillers, Christine Brunet est une auteure que je ne connaissais pas. Elle signe ici un nouveau roman qui allie thriller & SF. Pour être franc c’est ce point qui m’a attiré. Voir comment un auteur peut se sortir d’un tel guêpier. L’exercice étant de mon point de vue, à risque.


Warning !! J’ai lu HX13 sans le contexte préalable, l’historique trimballée par les personnages – ils existaient pour les plus emblématiques d’entre eux dans certains romans précédents. Ma chronique est par conséquent le reflet d’une lecture d’un roman hors du commun et en aucun cas, elle s’inscrit dans la continuité des aventures de ses personnages récurrents.


Cela étant dit, entrons dans le vif du sujet. C. Brunet donne le rôle principal de son roman à une femme. En l’occurrence, Axelle de Montfermy. C’est donc sous cet angle que j’ai suivi les extraordinaires et dangereuses aventures d’Axelle qui n’a pas été sans me rappeler ma jeunesse avec Bob Morane et ses voyages spatio-temporels. On a les références que l’on peut. Moi, j’ai grandi, entre autre, avec Henri Vernes.

  • Avantage à la sensibilité sans pour autant être fleur bleue. Ces femmes, Axelle et Gwen ont leurs failles et sont aptes à de nombreux excès. Cela confère au roman un côté psychologique agréable.

Le pitch d’HX13 est presque simple. Des morceaux de membres appartenant à de sombres porte-flingues sont découverts dans la région Marseillaise. Les cadavres s’empilent. Axelle, à la tête de SIRC, entité de police spécialisée dans les affaires délicates, est chargée de l’enquête alors même que le SIRC va être démantelé pour passer sous la coupe de Sheridan. Axelle va mal (suite à un épisode précédent). Une nano puce HX, lui est implantée dans le c’est le gage de sa survie. Mais la technologie relève du pari. Ajoutez à cela, un projet ultra secret de voyage spatial et me voilà fin prêt pour le grand saut et le mélange des genres.

Sans avoir lu les romans précédents, la relation entre les personnages se fait. Christine n’oublie pas d’insérer les éléments nécessaires à leur compréhension pour le quidam. Heureusement car ils sont souvent atypiques et leurs rapports souvent sous-tendus par leurs passés.

  • Moralité HX13 se lit très bien de manière isolée.

Coté personnages, ils sont typés sans être caricaturaux.

Axelle : femme forte pourtant pétrie de doute

Gwen : médecin légiste atypique et décalée

Signac: collègue de Gwen qu’il déteste, lui attribuant le suicide de son frère

Sheridan l’Irlandais : le XX qui tente de recoller les morceaux d’une rupture consommée avec Axelle

Nicolas : le fils prodigue hors norme

Mais revenons à mon intérêt primaire. Il s’agit de la forme. Opérer un switch entre thriller et SF est hardi. Si j’ose un parallèle cinématographique, j’y vois un rapprochement avec un District 9 dans la forme et Cloud Atlas des sœurs (et oui) Wachowski pour ce qui est de la balade. Le lecteur peut s’y perdre. Si on entre dans HX13 par la technologie, on ne verse pas dans une resucée d’Existenz de Cronenberg. Pour certains c’est une bonne nouvelle.

  • Savoir doser est essentiel. C’est bien le cas ici.

Attention. Ce roman dual genre nécessite de la part du lecteur une ouverture d’esprit. Il doit avant tout accepter de perdre ses habitudes et se laisser promener dans un univers novateur, moins logique.

Ce qu’il perd en réalité doit être équilibré par une dissemblance variée et  riche. Mélanger polar et SF n’est pas nouveau. La SF nécessite de poser un univers, elle demande du talent pour paraître crédible et emporter son lecteur. Sur ce point Christine Brunet s’en sort bien. Elle met en œuvre le thème le plus classique de la SF, le voyage spatial. Elle évite des écueils où elle aurait pu se perdre. Elle s’attache à enrichir le champ des possibles du thriller en l’élargissant à travers cette fameuse puce HX13.

  • Le lecteur peut-être par moment déboussolé.

Pour ce qui est de la face thriller, les scènes d’action et de suspense sont joyeusement emballées. Les intrigues sont solidement bâties. L’auteure joue avec le lecteur. Pas à redire sur le sujet, madame maitrise.

  • Pris indépendamment le traitement des deux genres est juste. (un bémol personnel, la rupture entre les deux genres fut assez tranchée, mais aurait-on pu faire autrement ?)
  • Passés au mixer, l’alchimie se révèle être un bon divertissement

Côté style, c’est vif et agréable. On ne tergiverse pas.

A mon sens, HX13 était un véritable pari pour Christine brunet qui a dû secouer son univers et sortir des sentiers battus. Restait à savoir si le lecteur allait tenir. Fait est que oui, ce roman atypique se révèle un bon moment de lecture.

 

Yannick Provost

https://nigrafoliablog.wordpress.com/2017/10/12/hx13-brunet/

L'avis de Maryline Marnas
Vign_les_lectures_de_maryline

 Résumé de l'éditeur :

Un bras découvert sur une plage. Une tête dans un carton. Des cadavres sur un casino flottant. Un projet ultra secret de voyage spatial qui dérape… Tandis que l'enquête n'en est qu'à ses balbutiements, une nano puce, génération HX, implantée dans un cerveau humain, s'éveille. Jusqu'où Un bras découvert sur une plage. Une tête dans un carton. Des cadavres sur un casino flottant. Un projet ultra secret de voyage spatial qui dérape… Tandis que l'enquête n'en est qu'à ses balbutiements, une nano puce, génération HX, implantée dans un cerveau humain, s'éveille. Jusqu'où l’Être Humain ira-t-il dans sa quête de la connaissance et du pouvoir ?

 

 

Mon avis :

J'aime l'auteur, j'apprécie sa façon d'écrire, j'adore son suspense, sa ténacité et la façon qu'elle a de nous faire aimer ou détester ses personnages. Après avoir lu "Convergences" et "Vénus en Ré" où j'ai rencontré Gwen Saint-Cyrq et Signac, l'auteur m'a fait découvrir Axelle de Montfermy et Nils Sheridan dans "Dégâts collatéraux" et "Nid de vipères". Ici, les quatre personnages sont de retours, ensemble, mais complètement différents (de mon point de vue).

Tout d'abord, Gwen Saint-Cyrq est une très bonne légiste qui aime travailler seule et prendre des décisions qui lui portent parfois préjudice. Mais ici, elle est sous les ordres de Axelle de Montfermy et elle reste plutôt "sage", par contre, elle ne compte pas ses heures, c'est un gros tempérament qui sait ce qu'elle veut! Sa supérieure était une femme que je n'aimais pas beaucoup dans les précédents opus et là, elle se retrouve à la tête d'une enquête et sait comment la mener. Elle ne lâche rien, même quand elle apprend que son poste va peut-être disparaitre après une fusion... Elle veut boucler son enquête et rien ne l'arrêtera. Par contre, côté personnel, je la trouve un peu méchante avec Nils Shéridan qui est complètement fou d'elle. Ce dernier n'a pas changé, il est toujours le même, même si ici, il est un peu plus effacé... et fou d'amour! Concernant Signac, je suis un peu déçue de son petit rôle dans ce dernier roman. Je crois que c'est mon personnage préféré et il est un peu en retrait ici.

Tout ce petit monde se retrouve sur une enquête peu banale : un bras est retrouvé sur une plage, des morts à la pelle viennent chaque jour s'ajouter aux anciens... Bref, tout à l'air d'être lié, mais de quelle manière? Et surtout, pourquoi?

J'ai beaucoup aimé suivre cette enquête passionnante, mais comme je le redoutais, la partie science-fiction ne m'a pas plu. Je n'aime pas du tout cet univers et j'ai dû batailler pour tout comprendre. L'auteur met à notre disposition beaucoup d'explications pour ne pas nous perdre, nous simples lecteurs, mais pour moi, c'était trop! Mais il fallait que je continue pour finir cette enquête et tout comprendre.

Je dois avouer que c'est le roman que j'aime le moins de l'auteur mais juste à cause de la partie science-fiction. Ceux qui aiment le thriller et la science-fiction vont se régaler avec ce livre et cette histoire hors du commun. Bravo à l'auteur pour son audace, ce n'était surement pas facile au départ de choisir d'allier ces deux genres, mais je pense que c'est une réussite, même si elle ne m'a pas convaincue, mais ça, c'est parce que je n'aime pas le genre en lui-même...

L'auteur utilise une façon assez étonnante de décomposer ses chapitres, c'est très drôle, j'ai eu du mal avec ma première lecture, mais maintenant, je suis rodée! Pour finir, je la félicite pour cette magnifique couverture qui donne un très bon aperçu des deux genres... Un grand merci à l'auteur pour sa confiance et j'espère très vite la relire dans un domaine qui me correspond mieux... D'ailleurs, la fin de l'ouvrage ouvre la voie à autre chose, une autre enquête... à suivre!

 
Vign_1ere_de_couv_HX13

HX13 SYNOPSIS

 

 

Un bras découvert sur une plage,

Une tête dans un carton,

Des cadavres sur un casino flottant,

Un projet ultra secret de voyage spatial qui dérape…

Tandis que l’enquête n’en est qu’à ses balbutiements, une nano puce, génération HX, implantée dans un cerveau humain, s’éveille.

 

Jusqu’où l’Être Humain ira-t-il dans sa quête de la connaissance et du pouvoir ?

MUSIQUE HX13

UNE CREATION DE KHEIR

HX13
Au grand Cercle
Vign_H13_a_Eragny

C'était à Eragny (95) les 14 et 15 octobre 2017. Grand beau temps... Mes lecteurs toujours fidèles au poste ! Merci Michel, Karine, Ada, Christophe, Jean-Claude, Annie, Stéphanie, François, Didier, Véronique, Amélie, Christine, Claude, Jean et tous les autres d'être venus et d'avoir choisi de vous plonger, cette fois, dans l'univers de HX13 !

Cette année encore, François a créé un dessin pour l'occasion ! Génial ! 

F. Beukels HX13 avant lecture
Vign_dedicace_3
F. Beukels... après lecture
Vign_HX13_Apres_lecture
Vue par François !

vign1_grand_cercle_2

vign1_dedicace_3
Après lecture
vign1_HX13_Apres_lecture
 
Vign_fiche_dif_HX_sans_tel
MERCI A TOUS !

Lors de mes dernières dédicaces, j'ai effectué un petit sondage auprès de vous tous, mes lecteurs, concernant mes idées de couverture pour ce nouvel opus un peu particulier puisqu'il allie à la fois le thriller policier et la science-fiction. MERCI pour vos avis !

Je vous ai alors montré seulement deux possibilités et le verdict est tombé : ces deux photos (il y avait une nano puce et un artefact alien avec un globe terrestre) vous ont interpellés. Vous avez préféré à une large majorité la seconde MAIS beaucoup d'entre vous m'ont fait remarquer que ces idées de couverture allaient plus dans le sens de la SF que du policier. 

Vous aviez raison. Après de longues recherches, la couverture ci-contre s'est imposée. J'espère qu'elle remportera vos suffrages !

 

© 2010 Tous droits réservés.
Créer un site avec WebSelf