Auteur de Polars et de Thrillers
search_left
Un article de P. De Riemaecker dans Chouette Magazine
Vign_image001

Les amateurs de « Thriller » ne seront pas déçus. Les plus exigeants ont toutes les raisons de prêter attention aux œuvres de l’excellente écrivaine Christine Brunet. Sans vouloir paraître incisif, j’avoue lui porter rancune pour raison qu’elle est à l’origine de deux ou trois nuits blanches. Auteur(e) incontournable, qui nous vient de Marseille, Christine nous entraine au centre d’une l’histoire qui ne s’essoufflera que le temps de tourner les pages.

Montagnes d’argents qui disparaissent, des témoins éliminés, des preuves effacées, manipulation, chantage et j’en passe. L’humain déploie ici son côté le plus sordide. Difficile de ne pas soupçonner les enquêtes d'être infiltrées et si ce pressentiment venait à être avéré, par qui et de quelle manière ? La FSE, « Force spéciale européenne » est chargée de l’affaire. Les policiers cherchent, fouillent, ne trouvent rien de tangible. Il y a bien ce policier, cette femme légèrement androgyne, présence obsessionnelle qui éveille les suspicions. Une flic qui enquête malgré sa mise à pied, comportement douteux, on le fait savoir sauf que...

Bref, vous l'aurez deviné, tous les ingrédients sont réunis pour vous tenir en haleine. Des ingrédients, certes, mais faut-il encore avoir le talent pour mener la dance d'une histoire pleine de rebondissements. Talent pour étonner le lecteur quand il découvrira que les "Thriller" écrits par Christine étonneront les plus blasés du genre...

Christine trace l’intrigue d’une main magistrale et ce qui ne gâche rien, conjugue le verbe avec dextérité. Elle rebondit sans essoufflement, nous nargue au fil des pages, nous hypnotise par la construction intelligente du récit. Des personnages hors du commun, des amants qui s’aiment, mais qui peinent à partager la confiance et pour cause, sont-ils du même camp ? Christine Brunet s’appuie sur une documentation précise et de son propre aveu, prend le temps nécessaire à rassembler les éléments sur lesquels s’appuiera le roman. Je ne vous parle ici que d’un titre : «  Dégâts collatéraux » parut aux éditions Chloé des Lys, mais que dire des autres, Nid de vipère, Poker menteur, convergences ? Rien, ce ne serait jamais qu’un résumé dévalorisant. À lire avec passion, à offrir sans retenue.

Je vous l'avoue, l'impatience me ronge de découvrir son petit dernier qui ne saurait tarder : "Vénus en Ré".

Madame Brunet, vous lire fut un cadeau. Vos ouvrages font partie des perles qui illuminent ma bibliothèque et même si le meurtre fréquente votre plume laissez-moi saluer votre maîtrise du genre.


Philippe De Riemaecker

Journaliste et auteur du roman " Tant de silences"

 

Kristof a lu Dégâts Collatéraux !
Vign_kristoftete

Sans mentir je n'avais jamais lu un roman d'espionnage moderne! je m'étais arrêté à 007 et aux SAS de Gérard de Villiers.. Pas dans le coup le garçon!

Là j'ai le sentiment d'avoir en un livre rattrapé le temps perdu. Mon dieu que ton héroïne a du panache ! Vite donne moi son adresse...
En fait on s'en fiche que l'histoire soit réelle ou non, tu nous fais entrer dans ton monde à la vitesse grand V.

Beaucoup de pages sont paroxystiques ! On atteint souvent l'extrême comme dans l'épisode à l'auberge Helman : là on y est, on y croit et on tremble ! idem à Naples !

J'entends encore d'éventuels grincements de porte.... pas le temps de se rappeler les visages !! tu nous les fais disparaître sans aucune pitié !
Tu es véritablement sanguinaire mais à chaque fois il y a une renaissance, celle d'une femme, d'un amour, d'un enfant.

J'ai eu du mal avec toutes les organisations même si je sais ce que c'est sur le principe MI6, CIA and co. J'étais presque content que l'on ne parle plus dans la seconde partie que de la FSE et de la Spie.

Tout cela enrichi d'une secte nazifiante cette confrérie de cinglés notoires mais qui sont certainement quelque part sur terre à rêver d'une nouvelle race! dans notre réalité!

Bref, je me suis régalé, j'adore trembler j'aime bien les bagarres... et les rebondissements... j'ai été servi!

Et je finirai en disant que j'aime Axelle ! pas Aloys !

Axelle est encore plus inaccessible inatteignable! une demi-déesse! plutôt surnaturelle la plupart du temps et bien que son ADN soit mutant, tu lui donnes régulièrement l'occasion d'être humaine !

j'espère qu'elle existe dans tes autres livres??? est-ce ton héroïne? dans plusieurs ouvrages? elle ne peut pas disparaître ainsi!

j'espère que tu valoriseras ce pauvre Sheridan !!! il mérite mieux selon moi, même si je ne peux dire que je l'apprécie beaucoup!

Bon boulot Christine !!

KRISTOF

Auteur du recueil "Wasserfall", ed. Chloé des Lys

L'avis de M-N FARGIER
Vign_fargiertete

Dégâts collatéraux et Le Dragon bleu sont réédités par les Éditions Chloé des Lys sous l'unique titre "Dégâts collatéraux". 496 pages qui amènent le lecteur dans le Jura puis à Naples. Il vient d'être référencé  ! Prix 20 euros

 

L'AVIS DE

MARIE-NOËLLE FARGIER

 

Je commence "dégâts collatéraux" et "le dragon bleu".

D'emblée les personnages sont là. Les dialogues se composent de questions. Le style est franc, presque tranchant, des phrases courtes. Je continue, découvre l'univers en total connivence avec le langage des personnages. Rapidement, une énigme est mise en place. Je m'aventure avec le personnage principal, une femme, Axelle, d'une nature hors du commun, dans ses déplacements et cette enquête qui évolue sans cesse. Axel est le personnage clé, et quel personnage ! A elle seule, elle est déjà une énigme.

Je pénètre dans ce milieu, celui des réseaux secrets, du banditisme. Cependant ce milieu n'est pas que cela, car l'auteur tout au long de l'histoire, a su décrire ses personnages avec tant de réalisme, dans une fidélité psychologique et avec le piment de la vie réelle, que j'avale tous les rebondissements pourtant multiples et saisissants.

Christine Brunet, d'une façon naturelle, parvient même à aboutir à un univers qui me rappelle celui de "Dan Brown", avec une évidence surprenante et du coup combien crédible.

Ce qui m'a agréablement interpellée est l'existence de liens entre les personnages, l'énigme et la finalité. Ces liens sont renforcés, comme je le dis précédemment, par les données psychologiques des personnages, mais aussi par la description que je qualifierais de "professionnelle" de ce milieu particulier, et enfin par le dénouement qui donne toutes les réponses.

Christine Brunet offre au lecteur un attachement certain à ses personnages que j'ai déjà hâte de retrouver.

 

Marie-Noëlle Fargier

Auteur de "La bukinê d'Anna", Ed. Chloé des Lys

L'avis d'Univers Livresques
Vign_univers_livresques

 http://univers-livresques.eklablog.com/policier-thriller-c25645992

Publié le 07/01/2016

 

Résumé de l'éditeur :

Deux attaques de fourgons blindés transportant des fonds de la Monnaie de Paris vers l'Italie, plusieurs morts et c'est la toute nouvelle police européenne, la FSE, qui est chargée de l'enquête.
Dotée de pouvoirs juridiques plus étendus qu'Europol, elle est composée de policiers hors pair choisis par les gouvernements adhérents soucieux de leur image.
Parmi eux, Nils Sheridan, un ancien du MI6 et Axelle de Montfermy, personnage ambivalent au passé chargé.
L'enquête les amène dans le Jura mais, très vite, la suspicion s'installe entre les protagonistes habilement manipulés.

 

Christine Brunet m'a offert son livre dédicacé lors d'une rencontre en octobre dernier. Je l'en remercie vraiment!

J'ai déjà lu "Convergences" de cette auteur mais celui-ci est un livre qu'elle a écrit bien avant, avec une autre héroïne, différente.

Comme j'ai beaucoup aimé son autre roman, je me suis plongée dans celui-ci sans aucun problème. Et je ne suis pas déçue, je n'arrivais pas à lâcher le livre... Axelle, l'héroïne du livre, est une femme compliquée, et j'ai eu du mal à l'aimer, au début, j'ai trouvé qu'elle manipulait un peu trop les gens qui l'entouraient. Mais à chaque fois elle s'en sort bien, c'est pour la bonne cause, et surtout, on se rend compte que ce n'est peut-être finalement pas elle qui manipule. Je me suis prise d'amitié pour Nils, qui est un homme intègre mais qui ne sait plus du tout où il en est.

L'intrigue est très prenante, il y a des magouilles de partout, des secrets, des alliances, des contre-alliances... On ne sait plus qui dit la vérité, qui ment, qui est victime ou coupable, c'est très compliqué mais tout va très vite en même temps.

On voit bien la distinction entre les 2 livres, mais c'est une super idée d'avoir tout rassemblé en un seul volume car la deuxième partie est bien la suite logique à la première affaire. Je me demande vraiment comment c'est possible pour un auteur de trouver toutes ces embrouilles, ces faits complètement fous, ces fils emmêlés... Je suis admirative du travail effectué par l'auteur, il faut une imagination folle pour trouver tout ça, faire en sorte que tout se lie au fil des pages et de la lecture.

Au final, ce roman est un magnifique thriller, mené par une héroïne un peu trop parfaite pour moi (elle ne loupe rien, ne fait jamais d'erreurs...). Avec une belle histoire d'amour en fond, j'adore !

Le nouveau Dégâts collatéraux dans La Revue Indépendante
Vign_revue_inde^pendante

DEGATS COLLATERAUX de Christine Brunet, Chloé des Lys

Publié le par Le Syndicat des journalistes et écrivains

Lien vers l'article de Patrick Dubois


Les éditions Chloé des Lys ont eu la bonne idée de regrouper deux opus de Christine Brunet « Dégâts collatéraux » et « dragon bleu ». En 500 pages « Dégâts collatéraux » vous mènera du Jura jusqu’à Naples. D’importantes sommes d’argent disparaissent lors des transferts sécurisées vers l’Italie. A Naples, des témoins sous protection sont débusqués et purement éliminés. Les preuves disparaissent, les pistes s’enlisent. Qui tire les ficelles dans cette affaire ?

La Force Européenne, ébranlée par le comportement incohérent de certains de ces policiers, est chargée de l’affaire. Un écheveau de présomptions et de découvertes scabreuses entraîne alors la commissaire Axelle de Montfermy et Nils Sheridan sur la piste d’une organisation qui œuvre dans l’ombre pour renverser les gouvernements démocratiques : ses pions sont en place, l’action terroriste la plus vaste jamais imaginée est en marche. Axelle joue alors contre la montre pour débusquer les chefs de réseaux et éventer leurs plans. Une chasse à l’homme dont aucun ne ressortira indemne…

Auteur de six thrillers, Christine Brunet qui a publié son premier policier « Nid de vipères » en 2011 nous a permis de découvrir des personnages attachants avec leurs forces, leurs faiblesses : Axelle de Montfermy et son équipe, les frères Sheridan et bien d’autres personnages à découvrir aussi dans « E16 », aux éditions Chloé des Lys, « Non Nobis Domine » ou encore « Poker menteur » aux éditions Gascogne . « Dragon bleu » étant lui épuisé. Si vous aimez les thrillers haletants où les rebondissements s’enchaînent, où les pistes sont brouillées en permanence, avec Christine Brunet vous ne serez pas déçu, c’est une embrouilleuse de talent qui chaque fois que vous croyez tenir la solution à une énigme d’un de ces livres vous embarque »illico » sur une autre piste où il vous faudra de nouveau démêler les fils de l’intrigue. C’est un pur bonheur que de lire ces thrillers passionnants qui en plus du Jura, Naples comme dans « Dégâts collatéraux » vous entraîneront pour d’autres thrillers : en Auvergne, dans les bas-fonds de Londres ou bien encore à Marseille.

Et l’automne sera chaud, car Christine Brunet sortira en octobre prochain son septième thriller «Convergences» aux éditions Gascogne.

Pour en savoir plus sur cet auteur très talentueuse et savoir comment vous procurer ces livres (Christine fait beaucoup de dédicaces dans toute la France) retrouvez là sur www.christine-brunet.com .

Patrick Dubois

Laure Doe donne son avis dans ZoneLivre
Vign_bandeau_zonelivre
http://polar.zonelivre.fr/christine-brunet-degats-collateraux/
 

Après avoir lu Nid de vipères, j’avais hâte de retrouver Nils Sheridan, cet agent du gouvernement qui m’avait tantôt agacée tantôt attendrie dans le premier opus. J’ai donc été heureuse d’avoir à nouveau envie de lui coller des baffes !

Tout comme pour le premier tome, il m’a été difficile de le lâcher en cours de lecture pour vaquer à mes occupations quotidiennes… Axelle de Montfermy débarque dans la « bataille », et cela ne se fait pas sans quelques étincelles lorsque son chemin croise à nouveau la route de Nils. Axelle… Une femme excessivement intrépide, une tête brûlée comme je les aime, une fois de plus. Un personnage, donc, auquel je me suis autant attachée qu’à Nils (malgré ses travers) et Aloys.

Tout va très vite dans ce second volume, l’auteur ne mâche pas ses mots en allant directement à l’essentiel, nous épargnant ainsi des descriptions à n’en plus finir, qui auraient alourdi le récit. Un bon concentré d’adrénaline, fait de rebondissements très riches, de coups fourrés auxquels on ne s’attend pas toujours, sans oublier une savante dose de trahisons et de retournements de situations proprement incroyables.

J’ai vraiment apprécié cette lecture, dont certains passages m’ont tenue en apnée et ont fait que j’ai tourné les pages, inlassablement. Un livre que je vous recommande chaudement, en prenant tout de même la précaution de lire Nid de vipères au préalable si vous voulez vous plonger dans la psychologie des personnages de Nils Sheridan et Aloys Seigner.
 

 

LAURE DOE

L'avis de Nicole De Bodt
Vign_vanina

 http://www.vaninaduchateau.be/archives/2014/11/04/30892358.html

L'avis de Nicole De Bodt :


Auteure : Christine Brunet

 

Née dans le sud de la France, Christine Brunet passe toute son enfance à Aubagne.  Passionnée de langues, elle poursuit des études qui l'amènent à Prague, au Caire.

Elle part en Bourgogne, puis en Grande-Bretagne. C'est à Preston qu'elle commence à écrire, d'abord des récits de science-fiction puis des romans d'aventure et des thrillers.  Enfin elle s'essaie au roman policier.  

 

Editions du Pierregord, Calviac-en-Périgord

ISBN : 978-2-35291-081-7  ISSN : 1964-7670

 

J'ai lu « Nid de Vipères », le premier thriller de Christine Brunet et mon commentaire se terminait par ces mots : « Un livre qu'on n'oublie pas, construit autour de deux personnages humains et captivants, une chute incroyable reçue comme une douche froide, un sentiment de manque et finalement... un espoir : et si..., si la réponse se trouvait dans le deuxième thriller de Christine Brunet "Dégâts collatéraux"? » 

 

Je me rassure dès les premières pages du deuxième volume « Dégâts Collatéraux ». Je retrouve la trace de mes héros Aloys Seigner et Nils Sheridan.

 Un autre personnage rentre en scène Axelle de Montfermy et là, je me dis, Christine Brunet est géniale.  

 Axelle est une femme extraordinaire. Elle a une plastique de rêve; elle est fonceuse, intelligente et efficace. Quelle rôle va-t-elle jouer ?

- « Une vague de terreur s'abattit sur elle ... »

- « Certes, l'image que lui renvoyait le miroir était magnifique mais ... »

- « Elle se planta devant un miroir ... Le corps était tout simplement parfait ... Une poitrine à peine dessinée mais des jambes fuselées sans une once de graisse ... »

 

La FSE, la toute nouvelle police européenne est chargée de mener l'enquête sur deux attaques de fourgons blindés transportant des fonds de la Monnaie de Paris vers l'Italie, une affaire qui compte plusieurs morts.  Axelle de Montfermy et Nils Sheridan sont désignés, entre autres, pour mener l'enquête et se prépareront ensemble pour cette mission. Ils partageront le même appartement. 

- « Je suis désolé de vous squatter mais je n'ai rien trouvé à Paris ... Je prends en charge une partie des dépenses bien sûr ... »

 

Nils Sheridan n'a pas oublié Aloys, mais il tombe littéralement amoureux d'Axelle. Allez savoir pourquoi ?

- « Un instant, il pensa à Alie quelque part dans un ailleurs auquel il n'aurait plus jamais accès.  Il avait fait le choix de la chasser de sa vie pour la sauver.  Cette partie de son existence était tournée : plus de M16, plus d'Alie ».  

 

Axelle de Montfermy part dans le Jura pour investiguer. 

- « Beaune ... L'A36 en direction de Besançon. ... »

 

Dès son arrivée, les événements s'accélèrent et je commence à m'accrocher. Des changements s'opèrent, des personnages s'ajoutent, j'essaie de suivre ... Elle ne manque pas d'audace dans ses actions. J'en frissonne pour elle. Elle brille par son intelligence. Elle démasque, s'expose, comprend et anticipe. 

- « D'abord, cinq noms : Falavigna, Decourt, Vernier, Topart, Helman ... une liasse de billets ... deux activistes d'extrêmes droites ... une fille recherchée pour meurtre ... deux cadavres ... »


 Elle croisera Nils et son équipière Zimmerman. 


- « Axelle rentra et remarqua deux autres personnages en civil qui s'étaient retournés vers elle : Nils et Alyssa Zimmerman ... »


 L'auteure nous plonge dans un climat de suspens, de non-dits, de mensonges, de manipulations. Je peux m'y perdre et Nils aussi. Axelle l'envoûte, le déçoit; il s'enflamme, il peste. Je reste admirative devant l'imagination de Christine Brunet.  Elle m'emmène dans un univers étranger à mes connaissances, à mes valeurs.  Elle n'économise pas ses efforts pour me balader de page en page à la vitesse de l'éclair. Son clair, net et précis est une aubaine. Je dévore ses mots, totalement accaparée par le sujet au point d'en avoir très souvent le souffle coupé. J'essaie de deviner les événements.  Je suis doublée à chaque fois.  Comme on s'en doute, l'enquête se termine sur une note inattendue. Frustrée, je referme le livre sur la dernière page en quémandant une suite. 

 Comme pour « Nid de Vipères », je m'interroge sur l'avenir d'Aloys, d'Axelle et de Nils...? J'ai hâte de lire « Le Dragon Bleu », le troisième volume de Christine Brunet, dans l'espoir de les retrouver.

 Christine Brunet par son m'a fait découvrir grâce à la lecture de « Nid de Vipères » un genre auquel je n'adhérais pas. Aujourd'hui avec « Dégâts Collatéraux », elle confirme sa capacité à me séduire.  

 

Nicole De Bodt 

Une critique de Dégâts collatéraux dans Parfums de livres
Vign_parfum_de_livres

LUNDI 27 JUIN 2011

Dégâts collatéraux de Christine Brunet
Paru le: 13/05/2011
Editeur: Pierregord (Editions du)
ISBN : 978-2-352-91081-7
Pages: 366
Prix: 19€


Quatrième de couverture:
Une enquête palpitante au coeur du Jura amène des destins troubles à s'affronter dans une quête sans concession de la vérité.
Deux attaques de fourgons blindés transportant des fonds de la Monnaie de Paris vers l'Italie, plusieurs morts, et c'est la toute nouvelle police européenne, la FSE, qui est chargée de l'enquête. Dotée de pouvoirs juridiques plus étendus qu'Europol, elle est composée de policiers d'élite choisis par des gouvernements soucieux de leur image. Parmi eux, Nils Sheridan, un ancien du MI6 et Axelle de Montfermy, personnages ambivalents au passé chargé.
L'enquête les amène dans le Jura mais, très vite, la suspicion s'installe entre les protagonistes habilement manipulés.

Un excellent livre tellement palpitant que j'ai eu beaucoup de mal à le lâcher!!!

Je suis très exigeante au sujet de mes lectures pour adultes. Si un livre ne me plaît pas, je le pose sans d'autre forme de procès. [D'où le nombre considérable de lectures "jeunesse" que l'on trouve sur ce blog car c'est un domaine que je trouve plus agréable, où l'on a moins de mauvaises surprises et où les styles sont moins "pompeux".]
Quant aux policiers/thrillers, c'est un genre que j'adore pour peu que les livres soient bien écrits et surprenants. Aussi, quand je me suis lancée dans Dégâts collatéraux, je ne savais pas à quoi m'attendre...
... et j'ai littéralement été envoûtée. Au point de ne pas pouvoir lâcher le livre à table et me coucher beaucoup trop tard.

Le personnage d'Axelle de Montfermy est hallucinant. Elle est incroyablement intrépide et tête brûlée. Rien ne l'arrête, un vrai bulldozer. Pourtant, elle a une "légère" faille: son attachement pour Nils Sheridan. Très vite, on apprend qu'ils ont un lourd passé en commun mais un évènement fait qu'Axelle a du emprunter un autre chemin et lorsque leurs routes vont à nouveau se croiser, cela ne va pas se faire sans étincelles.

Ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus car cette lecture est tellement riche en rebondissements, coups fourrés et aventures que je ne lui rendrais pas hommage en vous en révélant trop. Je peux juste vous dire que vous trouverez dans ces pages de l'amour (ou plutôt de la passion tellement c'est intense), du suspense, de la trahison et des retournements de situation incroyable. Ça bouge à chaque page, tout va vite très vite... Et puis, il y a une petite touche de science fiction (oh, très légère, mais quand même présente) qui titille la curiosité du lecteur et donne envie d'en apprendre plus...

J'ai beaucoup apprécié l'écriture de l'auteur. Les phrases sont nettes, précises, elles vont à l'essentiel et servent vraiment bien le contenu.

Je vais très vite me lancer dans la lecture de Nid de Vipères l'autre roman de Christine Brunet afin d'en apprendre davantage sur les personnages de Nils Shéridan et Aloys Seigner et dont l'action se situe avant Dégâts collatéraux.

Merci infiniment à l'auteur pour cette découverte, un vrai régal et je pèse mes mots!



Amandine Surdieux

Les lectures de Thalie
Parfums de livres

Alain Magerotte a lu Dégâts collatéraux !
Vign_photo_magerotte

DÉGÂTS COLLATÉRAUX
Par Christine Brunet


Le Jura est une chaîne de montagnes située au Nord-Ouest des Alpes, en France, Suisse et Allemagne. Lieu de vacances, lieu de villégiature… tout est calme jusqu’au jour où Christine Brunet décide d’y installer la trame de son nouvel opus. Dès lors, adieu tranquillité ! Car, croyez-moi, ça va canarder dans le Jura. Faites confiance à noss’ Christine.

Des attaques de fourgons blindés, des voitures qu’on brûle, des chalets qu’on explose, des morts en cascade; égorgés, violentés (je vous dis pas dans quel état on retrouve le corps d’une certaine Valérie Helman… Si ?… Non !...)
C’est la FSE qui est chargée de l’enquête, une nouvelle police européenne composée de policiers d’élite choisis par les gouvernements adhérents. Le commissaire Schröber, un ancien de la stasi, supervise ce service de choc.
Et qui retrouve-t-on parmi ces super flics ? Je te le donne en mille, Emile ?... Un certain Nils Sheridan, un irlandais, ancien du M16 et Axelle de Montfermy. Cette dernière remplace Aloys Seigner… dans l’enquête et dans le cœur de Nils… enfin, pas tout à fait, Nils est accro à Axelle mais pense encore à Aloys… il existe des similitudes entre les deux femmes : caractère bien trempé, goût du risque, efficacité et intelligence dans l’action, sans compter un physique des plus aguichants. Et si par hasard… je n’en dirai pas davantage, comprenez ce que vous voulez.

Axelle est écartée de l’enquête sur l’enquête des fourgons blindés suite à sa conduite lors d’un stage d’intégration plutôt mouvementé. Cependant, elle sera mise incognito sur ladite enquête par son frère (dont je tais volontairement le nom) qui pressent des complicités dans la police et en haut-lieu.
Une certaine Alyssia Zimmerman remplace Axelle aux côtés de Sheridan… que l’on retrouve régulièrement sur le chemin d’Axelle (et vice-versa). Entre Nils et Axelle, c’est «amour fou, haine et trahison»… tiens, on dirait un titre de série américaine…
On fait également connaissance avec le jumeau de Nils que l’on ne surnomme plus «Bob» (cf. «Nid de vipères»). Alors, pourquoi ? Il n’y aurait aucun risque de confusion avec notre «Bob» à nous, puisque, je le rappelle, Sheridan est grand et musclé ! (Sans rancune vieux farfadet, je peux me le permettre, depuis le temps qu’on se connaît…)
Et puis, il y a cette petite touche (légère) de science-fiction qui interpelle la curiosité du lecteur (en plus de l’intrigue). Je ne peux résister à vous en livrer un extrait :
Il soupira, l’observa et se lança :
- Bon, je vais te répéter ce qu’on m’a expliqué… Tu sais que l’ADN humain est un double brin et qu’il forme une double hélice…
- Peut-être, et ?
- Attends… l’ADN est composé de séquences spécifiques de nucléo… tides, je crois… qui sont constitués de trois éléments liés entre eux…
- Bon, d’accord… Et alors ?
- Ton ADN est quadruplexe, c’est-à-dire un ADN quatre brins sur une hélice non pas à deux paires mais à six paires… Certaines paires sont totalement complémentaires, d’autres sont composées de brins d’origines différentes mais bizarrement correctement attachées aux autres… Pour faire court, les généticiens s’arrachent les cheveux…
- Et pour moi, ça veut dire quoi concrètement ?
- Difficile à dire… Les mutations se poursuivent à cause, en partie, de ce qu’ils appellent un ADN chimère formé de brins encore mobiles…
- Donc, rien n’est stabilisé ?
- Rien, non…
- Mon apparence ?
- Pour l’instant, tu vois pas de souci… En revanche, on décèle une évolution impressionnante de ton QI et de tes capacités physiques…

Christine Brunet; une auteure qui prend de la hauteur et pas uniquement parce que l’action de son dernier opus se déroule dans le Jura.
Il y a bien sûr des perdants dans l’histoire (et non des moindres), un dénouement inattendu pour l’héroïne mais prévisible pour… les Editions Chloé des Lys… puisque ce roman est publié aux Editions Pierregord pour la modique somme de 19 €.
Une fois (on est belge ou on ne l’est pas) le bouquin terminé, j’ai ressenti un étrange sentiment et m’est alors revenue cette phrase de Voltaire :
« Lorsque je finis un livre, j’ai l’impression de perdre un ami ! » En fait, c’est bien cela que j’ai ressenti à la fin de la lecture de « Dégâts collatéraux ».

A consommer sans modération !

Alain Magerotte

Premiers commentaires
  • Policier très actuel qui tient en haleine du début jusqu'à la fin !
  • C'est un récit plaisant. Le style est vif, simple. L'intrigue est excellente...
Un extrait...
Il posa sa tasse sur la table basse et enfila ses baskets tout comme elle. Un quart d’heure plus tard, ils s’inséraient dans le trafic, le GPS en action. Et malgré l’engin, elle se trompa quatre fois de direction. Une demi-heure pour trouver une place à proximité et ils poussaient la porte du 136, boulevard des Champs-Elysées à 9 h 30, elle très moqueuse sur ses performances et lui amusé par son esprit d’autodérision. 


Les bureaux de la FSE étaient installés au second, au-dessus d’un grand garage Peugeot, au bout d’un escalier étroit aux murs fissurés. Une sonnette en cuivre. La porte se déverrouilla seule. Un court couloir jalonné de portes en verre dépoli, un sol en parquet passablement usé et Nils désigna du doigt la porte de fond : celle de Schröber.

L’Irlandais poussa le premier battant, lui dévoilant une pièce de 20 m² avec trois bureaux, un ordinateur sur chacun.
- Mon bureau, lui expliqua-t-il, et ceux de Danny Rose et Anton Vykypel, deux autres lieutenants…

De fait, deux des trois tables de travail étaient encombrées de dossiers.
… A côté, c’est la salle de réunion. De l’autre côté du couloir, continua-t-il en refermant la porte, tu as un autre bureau et une petite salle de repos. La cellule et les salles d’interrogatoire se trouvent au sous-sol.

La porte du fond s’ouvrit et un grand gaillard bâti comme une armoire, menton mal rasé et cheveux blancs tirés en arrière copieusement gominés, passa la tête dans l’entrebâillement.
- Venez me voir, tous les deux… leur ordonna-t-il en s’éclipsant, laissant le battant ouvert.

Axelle et Nils échangèrent un regard et obéirent. Dans le bureau, ils firent face à l’Allemand debout devant sa table.
… Lieutenant Montfermy, soyez la bienvenue à la FSE, commença-t-il en la toisant sans vergogne et en omettant de lui donner de la particule sans qu’elle s’en offusque, d’ailleurs. Sheridan… Alors, cette cohabitation ?
- Sans problème, monsieur, répondit celui-ci en se demandant pourquoi les locaux étaient vides.
- Tant mieux. Vous partez tous les deux pour Nançay. C’est dans le Centre. C’est notre camp d’évaluation. Vos collègues terminent le stage aujourd’hui. Vous, vous y resterez une semaine.

Il tendit une enveloppe à Sheridan.
… Vos ordres de mission. Bonne chance.

Axelle regagna le couloir sans avoir ouvert la bouche : entre le commissaire et elle, aucune sympathie immédiate. Cinq minutes plus tard, ils étaient à nouveau dans le trafic, direction le loft pour faire leur sac.
- Alors ? Qu’est-ce que tu penses du chef ? lui demanda l’Irlandais en observant son profil renfrogné.

Elle esquissa une grimace et il sourit :
… Ouais, il est brusque… Et tu es la seule fille du groupe, à ce que j’ai compris, à part une compatriote à lui, une certaine Alyssa, je crois. Mais je ne l’ai pas encore vue. Il faut vous donner le temps… Bon… Nançay… Nançay… C’est où, ça ? Tu as une carte ?
- Dans la boîte à gants…

Il fouilla, retira un gros carnet et tourna les pages.
- Ah… Là ! Dis donc, c’est pas la porte à côté !

Une heure après, ils étaient en route. Ils s’étaient changés, elle en pull noir et lui en survêtement. Leur paquetage était léger. Tous les deux, pensifs pour des rai-sons pas si différentes, avalaient les kilomètres sans un mot. A midi, d’un commun accord, ils s’arrêtèrent dans la petite auberge d’un village en retrait de la route. Ils choisirent la même chose, parlèrent de Paris, en fait de tout et de rien, mais ils passèrent un excellent moment.

A nouveau la route et la lassitude grandissante au fil des kilomètres.

Le jour commençait à décliner lorsqu’il s’exclama :
- Eh ! Je t’avais dit à droite ! Tu t’es trompée ! remarqua-t-il légèrement agacé par le contretemps. 

Elle le regarda en coin et haussa les épaules.
… C’est fou le sens de l’orientation que tu as, Axelle ! poursuivit-il en soupirant. Heureusement, il y a une autre route dans une dizaine de kilomètres !

Quelques minutes plus tard, il contempla la départementale qu’ils dépassaient allègrement, la bouche ouverte de stupeur.
… C’était là qu’il fallait tourner !
- Tu vas me faire une scène de ménage ? se moqua-t-elle en l’observant.
- Tu le fais exprès ?
- D’après toi ?
- D’accord, tu le fais exprès… Pourquoi ?
- Tu n’as jamais participé à ce type de stage ?
- Non. Raconte…
- Oh… Ils te coincent sur la route, te foutent à poil, t’attachent et comptent le temps que tu mets pour rallier le camp. Une sorte de hors-d’œuvre auquel je n’ai aucune envie de re-goûter, si ça ne te fait rien…
- Pas de problème. Et tu as mis combien de temps pour rentrer ?
- Une nuit pour me détacher et une journée pour trouver le camp dans un froid polaire.
- Et après ?
- La galère…

Elle tourna à droite sur un chemin de terre et gara la voiture.
- Qu’est-ce que tu fais ?
- Les prendre à leur propre jeu, si tu es d’accord.

Il l’observa et grimaça, peu convaincu. De toute façon, au MI6, il en avait vu d’autres.
- Tu ne sais pas exactement ce qui nous attend. Chaque stage doit être différent. C’est le jeu, Axelle… 

Elle soupira.
- Décidément !

Il plissa le front d’incompréhension.
… Je te laisse la voiture. Tu peux leur dire que j’arrive, si tu veux...

Il la regarda quitter la C1, enfiler son blouson, prendre son sac et, sur un petit geste rapide, s’enfoncer dans la forêt. Il sourit, se mit au volant et reprit la route en sens inverse. 

Le croisement… Il s’engagea sur la départementale, encore étonné par la réaction de la jeune femme. Quatre kilomètres encore jusqu’à la base. Un tournant et un barrage routier de police. Il plissa le front : peut-être avait-elle raison, après tout… Il s’arrêta, baissa la vitre sur ordre du policier.
- Oui ? Qu’est-ce qui se passe ? demanda-t-il en s’étonnant.
- Contrôle d’identité, monsieur… Vos papiers, s’il vous plait !

Nils obtempéra. L’autre contempla le permis de conduire.
- Etranger, hein… Les papiers du véhicule…

Elle avait oublié de les lui laisser… Il baissa le pare-soleil et les découvrit dans le porte-lunettes.
- Bon… Veuillez descendre de cette voiture, monsieur… Cherdan !
- Sheridan, corrigea posément l’Irlandais en ouvrant la portière.

A l’instant, six hommes cagoulés sortirent de la forêt, armes automatiques au poing.
- Cherdan, persista le faux policier… A poil !
- Mais enfin…
- Et ferme-la ! Grouille !
- Non ! Je ne vois pas…

Un coup de crosse dans le ventre l’obligea à obéir. Deux minutes après, il était nu.
- Allez, viens par là, mon gros…

Ils le poussèrent hors de la route, dans la forêt, et l’attachèrent avec des me-nottes à un grand pin massif, le ventre contre l’écorce rugueuse.
… Bon, où est ton équipière ? demanda encore l’un des gars.
- Quelle équipière ? J’ai pas d’équipière ! grinça l’Irlandais d’une voix mauvaise sans mentir.
- Non ? Et la fille qui t’a filé sa tire ? Elle est où ?
- A Paris… Avec 40° de fièvre !
- A Paris, hein ? Tu nous prends pour des tartes ! Elle est partie avec toi !
- Vous avez regardé dans le coffre ? ironisa Sheridan.
- Tu veux que je te dise, Cherdan, t’as intérêt à être au briefing de demain si tu la veux, ton intégration ! Allez, mon gros… Prends pas froid !

Tous se retirèrent en ricanant, le laissant seul et nu dans la nuit glacée. Il entendit la C1 démarrer puis plus grand-chose à part les bruits de la nuit. Il devait se débarrasser de ses menottes. Ensuite, ces bouffeurs de grenouilles verraient de quel bois se chauffe un Irlandais !

Il batailla un moment, chercha un moyen de se dégager et poussa un juron en constatant que les menottes étaient trop serrées.

La pluie… Il ne manquait plus que ça ! Un petit vent mordant et désagréable s’acharna alors sur sa peau nue, engourdissant ses articulations immobilisées.
- Ça va, c’est confortable ? lui demanda une petite voix amusée.
- Axelle ?
- Qui veux-tu que ce soit ? Tu préfères t’en sortir seul ou…
- Arrête ! grinça-t-il en serrant les dents. Sors-moi de là, s’il te plaît… 

Une silhouette un peu plus sombre se détacha de l’arbre en face. Un petit faisceau de lumière éclaira les menottes. Elle plaça sa lampe entre les dents, sortit de sa poche une petite clé et déverrouilla les bracelets.

Il se décolla de l’arbre en se frottant les poignets avec vigueur.
… Merci. Dis, tu n’aurais pas un truc à me mettre ?

Elle observa le corps athlétique avec appréciation puis fit demi-tour, lui sur les talons. Elle se baissa derrière un bosquet, ouvrit son sac et en retira un collant noir épais, un pull et un K-way de la même couleur.
… Désolée pour la taille et les chaussures…
- C’est pas grave ! Merci.

Il se vêtit en vitesse et soupira de contentement en sentant son corps se réchauffer.
… C’est génial d’avoir chaud ! Bon, qu’est-ce que tu envisages de faire, à présent ? Tu as un plan ? Ils ont parlé d’un briefing, demain. Tu crois qu’il y aura d’autres surprises ?
 
 

Désormais disponible en format e-book au prix de 4,99€ sous ce lien

RESUME
Vign_degats_collateraux_couleur

Le Jura : d’importantes sommes d’argent disparaissent lors de transferts sécurisés vers l’Italie. Des terroristes ? De simples malfrats ?

Naples : des témoins sous protection sont débusqués et éliminés. Tous les indices sont effacés. Pourquoi et par qui ?

Les pistes s’enlisent en France. La toute nouvelle police européenne, ébranlée par le comportement incohérent et violent de certains de ses policiers, est chargée de l’affaire.

Entre défiance et révélations scabreuses, l’enquête entraîne Nils Sheridan et Axelle de Montfermy sur les traces d’un complot sordide. Qui tire les ficelles ?

Une chasse à l’homme dont aucun ne ressortira indemne.

 
Vign_degatscollateraux_1_

La première édition est
ÉPUISÉE !

Publié en 2011 aux Editions du Pierregord, ce roman n'est plus dans le commerce.
Disponible SEULEMENT durant mes dédicaces et via le formulaire contact de ce site.
Le bibliothécaire en parle...
Vign_bib6
C'était à Poligny (39)
Vign_poligny_article
C'était à la Nouvelle librairie polinoise le 10/12.
Dans le Progrès Lyon
Vign_le_progres_lyon
Christine Brunet dédicace

Parce qu'elle ne conçoit pas son métier d'écrivain sans aller à la rencontre des lecteurs, Christine Brunet sillonne la France. Vendredi, elle a posé ses valises et son dernier ouvrage « Dégâts collatéraux » à la librairie le Grenier Fort. Les amateurs de romans policiers ont été nombreux à venir découvrir cet ouvrage qui se passe dans le Jura, où cette Auvergnate passait ses vacances scolaires. S'inspirant d'un fait divers réel, elle écrit un polar riche en dialogues et pousse le lecteur dans un univers de suspicion et de manipulation.
MOREL-JEAN - Sandrine 2012-11-12
Sur La Marseillaise
Vign_la_marseillaise_29.04.2011_002
Un article de Sébastien Madau, journaliste à La Marseillaise, pour l'avant-première de Dégâts collatéraux à Aubagne, le 29/04/2011.
Avant-première
Discours d'Yvon Berger et le mien lors de l'avant-première de Dégâts collatéraux à Aubagne
Sur La Provence...
Vign_la_provence_29.04.2011_002
Un article de La Provence pour l'avant-première de Dégâts collatéraux le 29/04/2011 à Aubagne
Un résumé ?
Pourquoi un résumé, cette fois, me direz-vous? 

Parce que les personnages ont déjà une histoire, un passé commun... Nid de vipères est passé par là...

Dégâts collatéraux est plus dans la veine du polar... Nils Sheridan s'affirme tandis qu'Aloys Seigner, alias Axelle de Montfermy se cherche...
Pour dégâts collatéraux
team_mercredi2mars2011_ums
© 2010 Tous droits réservés.
Créer un site avec WebSelf